Apprivoise-t-on une flamme ? Questionne-t-on le feu ? Interroge-t-on un brasier ? Je n'ai ni apprivoisé, ni questionné, ni interrogé Guillemin.

J'ai fléché quelques pistes au long desquelles le feu a couru. Au passage, la superbe moustache de quelques-uns a pu en être roussie. Mais l'humilité de quelques autres en aura été éclairée.

Ce qui fait Guillemin, c'est la pugnacité poignante d'un intense besoin d'aimer.

Jean Lacouture,