La défense nationale

Henri Guillemin retrace dans ce quatrième épisode la période trouble de la fin des années 30. La droite «nationale» est viscéralement opposée au Front populaire et certains groupes tentent de nouer des contacts en vue d'un renversement de la République et de s'opposer à toute confrontation avec les régimes totalitaires fascistes. Au moment de la conférence de Munich en 1938, cette droite applaudit à l'abandon de la Tchécoslovaquie au mépris des traités signés. Charles Maurras de l'Action française s'écrit «A bas la guerre!».

Pétain qui est violemment opposé à la gauche et au parlementarisme est en relation avec Laval en 1937 et 1938 pour la création d'un gouvernement national. En fait, le Maréchal souhaite utiliser une éventuelle défaite militaire française face à l'Allemagne nazie pour changer de système politique et lancer une «Révolution nationale».

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire