2ème conférence sur la Commune

Dans ce deuxième épisode, Henri Guillemin dresse le portrait d’Adolphe Thiers en démontrant qu'il n'a jamais obéi qu'à une seule préoccupation : défendre les intérêts de la bourgeoisie et le sacro-saint principe de l'inviolabilité de la propriété contre les idées abominables des socialistes. Pour ce faire, il est prêt à tout.
La chute du Second Empire va lui permettre de mettre en œuvre la politique qu'il préconise depuis longtemps : le Gouvernement dit de Défense nationale, gouvernement qui se dit républicain, qui n'a qu'une hâte, signer la paix avec Bismarck pour avoir les mains libres vis-à-vis des ennemis de l'intérieur que constituent les ouvriers parisien. Thiers observe et confronté à l’insurection de Paris, choisit d’évacuer la ville. Après avoir signé le traité de Francfort avec la Prusse, il assiège Paris pour écraser la Commune. En août 1871, Adolphe Thiers deviendra, à titre provisoire, président de la République.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire