Catégories
Livres

La face cachée de George Sand

Il ne lui passe rien, Henri Guillemin, à « la brave dame de Nohant ».

D’abord son style que Baudelaire, déjà, exécrait. Ensuite, sa « production littéraire fleuve » : plus de cent cinquante livres dont la presque totalité heureusement oubliée aujourd’hui. 

Et surtout pas d’avoir détruit Musset, d’avoir joué de lui, sciemment, cyniquement puis travesti, pour la prospérité, cette sombre histoire.

Encore moins de tromper son monde sur ses convictions profondes, réelles.

Tellement progressiste, dans les salons parisiens, tellement bourgeoise réactionnaire rentrée dans ses terres.

C’est que cette femme « libérée » n’aime pas La Commune, encore moins les communards : « une émeute de fous et d’imbéciles mêlés de bandits » écrit-elle dans son Journal (23 Avril 1871).

Catégories
Livres

L’homme des Mémoires d’outre-tombe

Vivement critiqué par les spécialistes de Chateaubriand lors de sa publication, au début de 1965, ce livre fait partie de ce qu’on pourrait appeler les « portraits rectifiés » de Guillemin.

Il ne s’agit pas pour lui de dénigrer l’écrivain, artiste admirable, mais d’aller au-delà du « personnage grandiose et drapé qu’il se plaît, la plupart du temps, à dresser sous nos yeux » et de l’atteindre « dans sa vérité humaine » (c’est le sens même du titre) ; or, « si nous lisons vraiment, d’un bout à l’autre, et avec attention, ses Mémoires d’outre-tombe », nous le pouvons.

Le mot de l’éditeur Hetzel traitant Chateaubriand de « fameux lapin », Guillemin le reprend avec gourmandise, et pas seulement à propos de ses amours ; mais là même se lit paradoxalement son affection pour l’homme, « tricheur, hâbleur, vorace et charmant ».

Les universitaires ont eu raison de lui reprocher le peu de rigueur avec lequel il a établi le texte des fragments inédits des Mémoires qui terminent son livre, mais ce qui doit nous retenir à la lecture du volume dans son entier, c’est la liberté souveraine d’un admirateur indépendant à tous égards.

Catégories
Livres

A vrai dire

Rétablir la vérité est une des obsessions d’Henri Guillemin. Il s’y atèle dans le domaine de l’Histoire littéraire, en dénonçant un certain nombre de légendes qui ont la vie dure. Il le fait avec le luxe de détails qui caractérise son travail.

Est-il juste de dire que Rousseau s’est élevé contre l’affirmation d’un péché originel ? pas tout à fait… Hugo passe pour un des pères fondateurs de la Troisième République qu’il a appelé de ses vœux ? mais si on y regarde de plus près…George Sand clame haut et fort la fidélité de son engagement socialiste ? oui, mais, la Commune change bien des choses…Gide fait de la sincérité le fil rouge de son œuvre ? Cette sincérité est bien sélective….

Et Guillemin nous réserve encore bien des surprises sur Chateaubriand, Lamartine, Fromentin, Rimbaud.

Catégories
Livres

Claudel et son art d’écrire

Henri Guillemin a bien connu Claudel ; mais il l’a aussi lu avec une admiration sans pareil. Et, dans cette étude consacrée à l’art d’écrire de Claudel, il nous propose une étude détaillée du style, de la technique et des intentions de celui qu’il considère comme un des plus grands poètes de langue française. C’est la première et l’unique fois où Guillemin se livre à cet exercice.

Et il nous fait partager son bonheur : »bonheur d’entendre ces sons justes, d’accueillir en soi cette mesure que rie n’enseigne et qui ne relève que de l’instinct; bonheur de découvrir ces merveilles, la plupart du temps toutes simples (…) ces trouvailles qui suspendent ‘tout à coup le battement de notre cœur’. »